• La Compagnie, the boutique airline, operates a 74-seat 100% business class flight between Paris (Orly Sud) and Newark, NJ airport. There are two flights a day.

    Below are the ratings from 0 (very poor) to 10 (outstanding) for our flight B0100 from Orly Sud to Newark airport on Saturday, October 27th 2018 :
    • Checking in with La Compagnie at Orly Sud was smooth and easy: 7/10.

    • Priority lane to immigration and custom checking relatively quick: 6/10.

    • The Icare lounge at Orly Sud was average with a small offering of foods and beverages: 5/10.

    • The boarding and the flight were timely : 8/10

    • The plane, a Boeing 757, looked clean and well maintained but extremely noisy: 6/10.

    • The 160-degree reclining seat was spacious with a good system of removable tray but with no storage space besides the overhead compartment, a fluffy pillow and a warm blanket:  5/10.

    • The entertainment system was displayed on a 21"x22'' tablet and equipped with a good headset, but with a limited choice of films, music and TV shows: 5/10.

    • The food and the drinks were surprisingly good and tasty, good bread too: 8/10.

    • The crew on board was professional and helpful: 7/10.

    Overall rating of our outbound flight: 7/10.

    Our return flight B01200 from Newark, NJ to Orly Sud on Saturday, November 3rd 2018 was not as enjoyable, unfortunately:

    • Checking in with La Compagnie at Newark airport Terminal B was smooth and easy: 7/10.

    • No priority lane to immigration and custom checking, it was crowded: 4/10.

    • The Art & Lounge lounge was undergoing renovation works so all the seats were packed, it was overcrowded, not very clean, smelly, worst than a third world garage with a very poor food and beverages offering: 2/10.

    • The boarding and the flight were one-hour late due to a couple who arrived late and who forgot their luggage at the gate: 3/10.

    • The plane, a Boeing 757, looked worn out and extremely noisy : 4/10

    • The 160-degree reclining seat was spacious (the foot rest was not as comfortable as the one on our outbound flight though) with a good system of removable tray, a fluffy pillow and a warm blanket but again no storage space:   5/10.
    • The entertainment system was displayed on a 21"x22'' tablet and equipped with a good headset, but with a limited choice of films, music and TV shows (the exact same ones as on our outbound flight even though the month had changed - other companies usually update their entertainment program monthly): 5/10.
    • The crew did not give us prior notice they were going to serve breakfast, did not wake us up gently from our short night sleep by turning on the lights, making an announcement, asking us to pull up the blinds, put our seat in the upright position, etc. They just started serving breakfast when half the plane was still in slumber or half asleep in their reclined seats. They gave us the warm towel to clean our hands but never retrieved it and, last but not least, the breakfast itself was average with a terrible coffee: 2/10.

    • The crew on-board looked overwhelmed, awkward, not well trained and badly managed: 1/10.

    Overall rating of our return flight: 3/10.

    La Compagnie - Boutique Airlines

    La Compagnie - Boutique Airlines

    La Compagnie - Boutique Airlines

    La Compagnie - Boutique Airlines


    votre commentaire
  • Atomix is the new restaurant of the Parks, the couple who is also at the helm of the more casual Atoboy.

    Everything at Atomix was exclusive: from the unassuming entrance at 104 East 30th Street in New York City to the cocktail bar on the first floor. We were immediately invited to take the stairs down to the lounge where we had some delightful amuse bouches  before eventually taking our seats around the table - a big U-shaped counter that seats 14 guests only. The atmosphere was zen and peaceful, very much unlike other restaurants in New York City usually very noisy and loud.

    Once we were at our designed seats, our waiter served our drinks, a sublime bottle of Champagne Blanc de Blanc from Pierre Péters then our Maitre d', Ellia Park herself, presented us with a case filled with beautifully crafted and sophisticated pairs of chopsticks. We had to pick one to use during our meal. Then she gave us a beautiful card that looked like an arty postcard and that gave a lot of details about the dish we were about to be served. Then Mrs Park explained to us in a sweet voice and a serene manner with a soft smile her husband's, Korean chef Junghyun Park, cooking philosophy and the menu which came in ten dishes (Guk, Hwe, Sukchae, Gui, Husik, etc.).

    Unlike at Jungsik, where chef Junghyun Park used to be a sous chef, Atomix is pure Korean food with a twist of European favorites such as truffles and caviar. The chef’s meal was like storytelling, each dish was like a chapter with intriguing ingredients and components. Like any story, it is better when it is good, and chef Junghyun Park knows how to tell it with truly refined dishes with a great ending.

    The wine list at Atomix is extremely well thought through and ranges from 60 USD to 600 USD. Guests can choose a bottle from France, Europe or the USA, from the Champagne region or Santa Barbara domain, Oregon or the Douro in Portugal. As for us, we opted for an amazing Champagne Blanc de Blanc from Pierre Péters and a bottle of Nebbiolo 2012  from the Clendenen Family vineyards in Santa Maria which turned out to be a little bit too light for our Italian friends' palates, but for us it was a perfect match to the meat dishes prepared by chef Park.

    The service by Ellia Park and her team was flawless, professional and smooth.

    Atomix was one of the most accomplished and memorable meals we ever had in New York City and one of the best restaurants of 2018 for us so far.  It seems the Michelin guide agrees with us as they just awarded Atomix its first Michelin star - even though, in our opinion, it deserves two.

    If you have only time for one high-end restaurant in New York City, do not think twice: go to Atomix! Yes, it is expensive and you must book - and pay - in advance, but it is worth it.

     

    Atomix

    104 East 30th Street (Park Avenue South & Lexington Avenue)

    New York, New York 10016

    www.atomixnyc.com

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix

     

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix

    Atomix


    votre commentaire
  • La Verrière, le nouveau restaurant de l’hôtel Niepce à Paris, est dirigé par la jolie et charmante cheffe Kayori Hirano.

    Dans un cadre superbe, sobre et lumineux (sous une verrière, d'où son nom), la Verrière nous propose une cuisine franco-japonaise de premier ordre, à la fois simple et sophistiquée, saine dans des assiettes magnifiquement dressées.

    Lors de notre déjeuner du samedi du 20 octobre 2018, nous avons pu voir la cheffe et son équipe à l’œuvre dans leur cuisine ouverte préparer des plats au gré du marché - menu et carte changent chaque semaine.

    Pour déjeuner le samedi c’est à la carte uniquement, avec un choix de quatre entrées, cinq plats et cinq desserts. Une formule déjeuner est proposée du lundi au vendredi pour 25 euros entrée+plat ou plat+dessert ou 35 euros la formule complète (entrée+plat+dessert).

    Pour notre repas, nous étions trois convives et avons pris en plats le blanc de seiche snacké, fenouil croquant, gelée de ponzu et dentelle d’encre de seiche ; l'espadon mi cuit Riz « yumenishiki » façon ochazuke, jeunes courgettes en tempura et bouillon japonais ; la poitrine de canette, figues rôties au gingembre, potimarron à l’orange. Côté desserts, ce fut la poire pochée à l’hibiscus ; choux craquelin crème légère ; chocolat ivoire, mangue et biscuit au chocolat Ganache de chocolat ivoire « Michel Cluizel » et cœur de marron. L’expérience fut plus que satisfaisante, nous permettant de tester une nouvelle cheffe pleine de belles promesses qui nous a donné envie de revenir rapidement pour dîner.

     

    Une belle carte des vins avec des propositions aux verres à des tarifs plus que raisonnables.

    Le service est jeune, agréable, discret mais efficace.

    Une belle découverte dans un quartier très agréable. A faire absolument avant que le lieu ne devienne une adresse hype et courue.

     

    La Verrière

    4, rue Niepce

    75014 Paris

    Tél: 0183756921

    www.niepceparis.com

     

    La Verrière

    La Verrière

    La Verrière

    La Verrière

    La Verrière

    La Verrière

    La Verrière

    La Verrière

    La Verrière

    La Verrière

    La Verrière

    La Verrière


    votre commentaire
  • Sa Qua Na, le restaurant d’Alexandre Bourdas à Honfleur, s’est refait une beauté depuis l’année dernière : la salle est plus spacieuse et plus design tendance briques rouge et pierres brutes.

    Malheureusement, les assiettes - et l'accueil - n’ont pas subi la même amélioration que le décor depuis notre dernière visite en 2007.

    Lors de notre déjeuner du samedi 6 octobre 2018, nous avons été vraiment déçus du repas. Nous nous attendions à un repas exceptionnel de la part d’un chef de l’envergure d'Alexandre Bourdas, mais c'est la banalité que l’on a trouvé dans nos assiettes tout le long du repas, à l'exception du premier plat (daurade chou fleur râpé et semoule, amandes caramélisées vinaigrette dite "chermoula") et, plus surprenant, des mignardises.  

     

    Nous avons trouvé sa cuisine beaucoup moins créative qu’à ses débuts, comme si le chef se contentait de pratiquer une cuisine « bonne et saine » de laquelle créativité et prise de risque étaient bannis, à l'inverse d'un Guillaume Sanchez chez NE/SO ou d'un Raphael Rego chez OKA dans la capitale. Plus que la déception, c’est l’ennui qui nous a frappé, surprenant pour un restaurant arborant deux étoiles au guide Michelin.

    En prime, le service est austère et rigide, pas vraiment arrangeant. La maîtresse de maison reprocherait presque à l'un d'entre nous de ne pas avoir mentionné au préalable une allergie à l'huile de truffe quand elle sert en amuse-bouche une crêpe qui en est imbibée (peut-être aurait-on pu éventuellement nous poser la question des allergies et contraintes alimentaires comme cela se fait partout ailleurs...). Devant la situation, la maîtresse de maison ne semble de prime abord pas plus embêtée que ça de laisser l'un d'entre nous regarder les autres manger. Au bout de longues minutes que nous passons à nous étonner à voix haute qu'un convive soit traité ainsi, elle finit par retourner en cuisine chercher un amuse-bouche de substitution.

     

    La carte des vins est bien fournie avec bien évidemment de belles références hors de prix mais heureusement, il y a quelques bouteilles en dessous des 40 Euros.

     

    Notre verdict c’est que Sa Qua Na manque de folie dans ses assiettes et de sérénité dans son service. C’est dommage pour une si belle maison.

     

     

    SaQuaNa

    22, place Hamelin

    14600 Honfleur

    Tél: 02 31 89 40 80

    www.alexandre-bourdas.com/saquana-notre-restaurantSaQuaNASaQuaNASaQuaNASaQuaNASaQuaNASaQuaNASaQuaNASaQuaNASaQuaNASaQuaNASaQuaNA

     


    votre commentaire
  • Uma

    Uma est l’un des rares restaurants Nikkei à Paris et même en France.

    Lucas Felzine, un ancien de the Ze Kitchen Gallery a la bonne idée de pratiquer cette cuisine qui est un mélange entre la cuisine péruvienne et japonaise.

    En France, la cuisine péruvienne en particulier et la cuisine sud-américaine en général commencent à percer avec quelques chefs pionniers comme Raphael Rego chez Oka et Carlos Camino chez Miraflores à Lyon où encore Indra Carillo à la Condesa.

    Sans être péruvien, ni brésilien, et encore moins japonais, Lucas Felzine maîtrise cette cuisine pleine de saveurs, de parfums et d’originalité. Il nous propose deux formules lors de notre dîner :  tapas ou gastronomique « Tokyo-Lima » en six plats à 67 euros, « Fuji Macchu Pichu » en neuf plats à 82 euros.

    Les trois entrées de notre menu sont subtiles, fines et légères, le ceviche de Daurade marinée au sudachi, leché del tigre à l’orange est un délice, mais le plat qui remporte notre palme ce soir-là c’est le Gyoza de canard laqué, huile vierge japonaise et émulsion de curry péruvien. Sublime.

    La carte des vins mérite d’être plus étoffée. Nous avons opté pour un Champagne Extra-Brut de la maison Drappier qui est de bonne tenue. Par contre la carte des cocktails est superbe, le mixologiste d’Uma dosant parfaitement ses créations à base de rhum, de whisky, de mezcal ou de saké.

    Le service est agréable, avenant et enjoué.

    Uma est un endroit unique sur Paris pour déguster une cuisine Nikkei de haut niveau.

     

    Uma

    7, rue du 29 juillet

    75001 Paris

    Tél : 01 40 15 08 15

    uma-restaurant.fr

     

    UmaUmaUmaUmaUmaUmaUmaUmaUmaUma


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires