• Palmarès du guide Michelin 2020

    Chez Littleboboon, nous sommes depuis longtemps et encore aujourd'hui d'ardents défenseurs du guide rouge -- malgré quelques égarements et ratés sous certains de ses anciens directeurs.

    Bien conscients que nous nageons à contre courant des media qui sont, en majorité, très critique envers le fameux guide, certains allant même carrément jusqu'à appeler de leurs vœux sa disparition pure et simple.

    Nous soutenons le guide, plus encore depuis que Gwendal Poullennec en a pris la direction. Pour une fois qu'un jeune directeur fait son travail correctement et sans avoir froid aux yeux ! Le palmarès de l'édition 2020 démontre clairement que Gwendal et ses inspecteurs font un travail remarquable, malgré la pression de certains chefs et des media qui essayent d'influer le cours des choses.

    Revenons au palmarès 2020 du guide qui récompense trois chefs de trois étoiles. Nous sommes particulièrement ravis d'apprendre que Kei Kobayashi est parmi ceux-ci, il le mérite amplement. Kobayashi représente cette génération de chef japonais arrivés à Paris depuis quelques années et grâce auxquels la cuisine française est entrée de plein pied dans le 21ème siècle, avec une touche de créativité, d'audace, de précision et d'excellence. Nous avions découvert Kei pour la première fois en 2011, sans aucune étoile à l'époque mais avec, déjà, la conviction qu'il irait très loin.

    Autre chef nouvellement triplement étoilé, Christopher Coutanceau que nous avions découvert il y a vingt ans lors d'un week-end à la Rochelle dans son restaurant le Comptoir des Voyages. Il cuisinait alors avec son frère, Gregory. Leur cuisine nous avait impressionnés tant par sa maîtrise des saveurs exotiques et que par sa créativité. Décidément, dans la famille Coutanceau le talent se transmet de père en fils.

    Un grand bravo à quelques-uns des nouveaux étoilés que nous avons eu la chance de tester comme Fleur de Pavé de Sylvain Sendra, Solstice d'Eric Trochon, Faham de Kelly Rangama (première cheffe étoilée d'origine réunionnaise) ou encore le Château de la Gaude à Aix-en-Provence et le Mas Bottero à Saint-Cannat où nous avons déjeuné pour la première fois à l'été 2018. Tous ont grandement mérité leur première étoile.

    Pourvu que le guide rouge continue son chemin de cette façon sans plier sous la pression des chefs, des corporations intéressées et des influences douteuses des réseaux sociaux et autres bazars.

     

    « Katsuya By StarckMr. T »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :