• What make the difference between one star Michelin restaurant and another one star Michelin? Probably, a mixture of a powerful lobby from the restaurant’s owners or investors. The notoriety, the curriculum, the personality of the chef himself, and finally the subjectivity of the Michelin's inspectors.

    This week, Littleboboon has tasted two new restaurants that have received their first stars from the Michelin. One is L’Instant d’Or and the other one is le Sergent Recruteur. The two restaurants are located in chic neighborhood of the golden triangle on George V avenue and the other is located on the island Saint-Louis.

    We have the right to have high expectations from these type of restaurants in terms of cooking and service, it means that everything from the setting to the service, from the creativity to the artistry of the dishes.

    L’Instant d’Or has demonstrated great skills in chosen their products and mastering the cooking with it lunch menu of 36 euros which consists of an entry, a main course and a dessert from the day market. Everything is good as expected, but the dessert, a white cheese and light cream panacotta was a smash visually, flavorfully and mouth fully. It’s one of the best desserts we’ve eaten so far with the one we ate last week in H. Kitchen, a supreme clementines on a light cream and biscuit, clementine sorbet.

    Le Sergent Recruteur on the other hand with its 115 euros degustation menu from the market of the day was decently good. The menu was composed of eight dishes plus the two amuses bouches.  Antoine Bonnet’s cooking was just above average. Of the eight dishes only one had the “wow” effect on us. The seven others dishes were good but not very good or excellent for that matter.

    The service is young and disorganized, especially, the head sommelier seems to be out of rhythm, and the restaurant needs seriously to review its organization and ambitions.

    The restaurant has been designed by the star architect, Jaime Hayon, it’s strong point of this ambitious and pretentious restaurant.

     

    Paris-20130301-00145Paris-20130301-00149Paris-20130301-00147Paris-20130301-00150Paris-20130302-00156(1)Paris-20130302-00156Paris-20130302-00157Paris-20130302-00158Paris-20130302-00159Paris-20130302-00160Paris-20130302-00161


    votre commentaire
  • Hidenori Kitaguchi c'est le chef de H. Kitchen, il est tout en discrétion et en modestie comme son adresse qui se situe à la rue Mayet dans le sixième arrondissement..

    Son restaurant fait partie des restaurants qu'on rechigne à donner aux autres, car on ne veuille pas qu'il devient une adresse hype et pris d'assaut par une horde de "foodies" à la recherche des nouveautés à se mettre sous les dents.

    La cuisine dans tous ce là? Elle est impeccable avec ses produits et elle est parfaite au niveau des cuissons, c'est une cuisine moderne au goût du jour comme savent exécuter les chefs japonais. Le tout est servi avec gentillesse par l'hôtesse du lieu.

    Le menu du midi est l'un des meilleurs rapports qualité/prix à Paris. Pour 25 euros vous aurez une entrée, un plat et un dessert et pour le soir, un menu de dégustation de six plats de haute voltige. La cave quant à elle est courte, mais pertinent dans ces choixIMG-20130216-00140IMG-20130216-00138IMG-20130216-00142


    votre commentaire
  • Garance est le personnage principal du film Les enfants du Paradis, l'un des chefs-d'oeuvre du cinéma, mais aussi est une plante de la famille des Rubiacées dont les racines sont utilisées pour leur capacité à teindre les textiles en rouge vif.

    Le rouge vif n'est pas pourtant la couleur du restaurant qui compose de deux étages, l'une au rez-de-chaussée avec un comptoir qui peut accueillir jusqu'à huit personnes et une salle au 1er étage avec un salon privé pour un repas entre amis et quatre tables dans la salle principale et une belle cave vitrée.

    La cuisine est évidemment du marché, la carte du déjeuner est courte et les produits sont extrêmement bien choisis.

    On voit bien que Guillaume Iskandar, ex deuxième de Bertrand Grébaut chez Septime maîtrise les cuissons et les mets et son partenaire, Guillaume Muller vante ses vins aux verres avec enthousiasme. Le tout enveloppé dans un menu de 34 euros (entrée+plat+dessert) de haute volée.

    Garance est à suivre de près et l'équipe de Littleboboon est prête de revenir pour goûter au menu de dégustation servie au dîner.Paris-20130130-Garance 1Paris-20130130-Garance 2Paris-20130130-Garance 3Paris-20130130-Garance 4


    1 commentaire
  • It seems to us that now a day big hotel chains and hotel managers do not care to supply an excellent service to their customers. They care more about their images and artificial concepts from nowhere and try to sell it to us as something cool and hype, and mostly they care to make us pay services that they should make it free for us such as wifi in our room, the use of their business centers without charges, and the most important have an early checking for families with young kids.

    Excellence should be the key word at their five stars branches hotels, but instead we got the same service like we got if we go to a fast food chain, even though, sometimes we could get a better a reception at a fast food chain than we had recently at a five stars Intercontinental Asiana hotel in Saigon and the Mia Resort in Nha Trang, Vietnam.


    1 commentaire
  • La Truffière située dans le quartier Mouffetard a une bonne idée de proposer à ses clients un menu du Marché à 28 euros (entrée/plat) ou à 32 euros (entrée/plat/dessert).

    Tout d'abord, parlons de la cuisine étoilé de Jean Christophe Rizet, une cuisine claire, nette et précise avec les produits de saison et les saveurs du marché.

    Le revers de la médaille c'est les tarifs des vins pratiqués par la maison sont excessivement élevés, et surtout le verre de champagne à 26 euros c'est carrément de l'arnaque. Nous soupçonnons la Truffière d'utiliser le menu du Marché comme produit d'appel et une fois que le client mord l'hameçon elle nous fracasse le portefeuille avec les tarifs de ses vins au verre ou à la bouteille.

    Dommage que le chef n'a pas encore compris que malgré sa bonne cuisine avec ce type de pratique il ne va pas faire des fidèles surtout dans cette période de crise.DSC04358DSC04362DSC04359DSC04360DSC04361


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique