• Cet été, le thème de nos pérégrinations gourmandes en Provence fut indéniablement « table gastronomique avec vue ». Première destination : Marseille. Beaucoup de nos proches s'étonnent que Marseille ait une table gastronomique avec vue, autre que le Petit Nice.

     

    Et pourtant, la table en question est celle d'Une table, au Sud, le restaurant de Ludovic Turac qui a succédé avec brio à Lionel Lévy (qui d'ailleurs ne nous avait pas convaincus lors de notre premier passage en ces lieux au cours de l'année 2000). Ludovic Turac a réussi à conserver son étoile au Michelin à l'age de 27 ans en 2015.

    Ce qui frappe de prime abord, c'est bien sûr la vue avec au premier plan le Vieux-Port et son agitation touristique surplombé par la basilique Notre-Dame-de-la-Garde, affectueusement surnommée "la bonne mère" par les marseillais. C'est probablement l'une des plus belles vues que l'on peut avoir en déjeunant ou dînant au cœur de la deuxième ville de France.

    Côté cuisine, celle de Ludovic Turac est bien tournée "au Sud", vers la Méditerranée. Lors de notre déjeuner du mercredi 15 août, nous avons choisi son menu « Le temps d'une Saison » servi en quatre plats. Le premier plat donne le ton avec la tomate de Provence marinée, brousse à l'olive de Taggia et sorbet de Bloody Mary c'était tout simplement délicieux. Suivi de la fleur de courgette, farce fine de merlu de ligne légèrement anisée et pistou, une merveille pour les yeux et le palais. En troisième plat est le lieu noir avec son tian de légumes d'antan parfumé à la bergamote, parfaitement exécuté. Pour finir, en dessert, l'ananas confit à l'huile d'olive, piment d’Espelette et sauge glacée termine joliment notre déjeuner.

    La carte des vins est belle et intelligemment pensée avec de belles références et quelques demi-bouteilles bien avisées comme un Billecart-Salmon et un Saint-Joseph en blanc.

    Le service est impeccable, prévenant, avenant, souriant, extrêmement professionnel et efficace.

    Un grand bravo à Ludovic Turac et son équipe qui ont su relever le défi et faire d'Une Table, au Sud une destination gastronomique pour Marseille.

     

    Une Table, Au Sud

     2 Quai du Port

    13002 Marseille

    Tél : 04 91 90 63 53

    www.unetableausud.com

     

     


    votre commentaire
  • Pollen est le nouveau restaurant en vogue à Avignon et il est tenu par un jeune talent nommé Mathieu Desmarets, un chef très inspiré par le style nordique tant côté cuisine que déco en salle.

    Le lieu se trouve en plein centre d'Avignon, rue de la Petite-Calade dans une ancienne bâtisse rénovée avec une petite cour intérieure.

    Le restaurant a 28 couverts qui étaient vite remplis lors de notre visite.

    Que propose Mathieu Desmarets à ses convives ? Une cuisine épurée où les goûts et les saveurs sont parfaitement maîtrisés.

    Il y avait deux menus lors de notre dîner du 3 août 2018 : le menu en quatre séquences à 39 euros ou le menu carte blanche avec deux entrées, deux viandes, deux poissons et deux desserts pour 58 euros. Pour ce rapport qualité/prix c’est presque donné.

    Les plats sont légers, parfumés, inventifs et bien dosés.

    Une carte de vins raisonnable, fournie avec quelque belles références en bio, mais aussi du champagne de la maison Collet dont la bouteille en rosé était sublime.

    Le service est décontracté, jeune, avenant et souriant par l’ensemble des cuisiniers.

    C’est sûrement l’une des meilleures adresses d’Avignon à l'heure actuelle. N’hésitez pas à courir pour découvrir le talent d’un probable futur grand chef.

     

     Pollen

    3 bis Rue Petite Calade

    84000 Avignon

    Téléphone : 04 86 34 93 74

    pollen-restaurant.fr

     

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen

    Pollen


    votre commentaire
  • L’Ours, le nouveau restaurant de Jacky Ribault, ouvert au printemps dernier du côté du Château de Vincennes, fait sensation dans tout Paris.

    Jacky Ribault est connu pour son restaurant Qui Plume La Lune dans le 11ème arrondissement pour lequel il a une étoile au Michelin depuis 2014.

    L’Ours est probablement l’un des plus beaux restaurants de la région d’Ile de France. Le mot d’ordre du lieu c’est l’espace, le confort et le volume, le tout extrêmement original, bien agencé et pensé.  Le cadre est magique et procure aux convives une sensation de détente et de bien-être.

    Et la cuisine dans tout ça ? Pour notre dîner nous avons opté pour le menu l’Aubinière en cinq temps. Nous avons commencé par un thé noir qui désaltère et ouvre l’appétit, pour enchaîner sur des amuses bouches originaux et délicats. Le pain et le beurre (à la framboise !) sont excellents.  Quant aux cinq plats : de la raviole au dessert en passant par le lieu noir et un veau parfaitement cuit, dans l'ensemble tout est bon, très bon même pour certains plats.  Néanmoins nous sommes légèrement restés sur notre faim : manque une touche de folie, un élément déclencheur, un effet « Waouh ». Nous attendions plus (trop ?) de la part d’un chef tel que Jacky Ribault.  Nous avons trouvé qu'au final sa cuisine était plus dans la mise en scène que dans la substance. 

    La carte des vins est bien dotée avec de superbes références. A l'apéritif, notre choix s'est porté sur la maison Louis Roederer et son Champagne Brut Premier puis, sur les conseils de notre sommelier, nous avons poursuivi avec un excellent rouge de Graf Zweigelt d’Autriche.

    Le service est professionnel même s'il manque parfois d’attention aux petits détails.

    Si Jacky Ribault réveille sa créativité et donne encore plus de substance à sa cuisine, alors il pourra se prendre à rêver à d'autres étoiles...

     

    L'Ours

    10, rue de l’Église

    94300 Vincennes

    Tél : 01 46 81 50 34

    loursrestaurant.com

     

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours

    L'Ours


    votre commentaire
  • Nous avions été déçus d'apprendre que Raphael Rego avait fermé les portes de son restaurant gastronomique, OKA, en août 2017 après seulement cinq mois d’existence suite à des retards dans les travaux et des problèmes de malfaçons en cuisine.

     

    Mais tel un phénix qui renaît de ses cendres, Raphael Rego n'a pas jeté le tablier et a finalement rouvert, le 15 mars 2018, une version 2.0 de son restaurant qui colle plus à son tempérament et à sa culture brésilienne, sans renoncer à son ambition de faire une cuisine hautement gastronomique dans un lieu apportant confort et bien-être à ses convives.

    Nous avons donc retrouvé un Raphael Rego plus affûté que jamais, content de retrouver sa cuisine panoramique, son équipe et ses clients fidèles de l’époque de la rue de la Tour d’Auvergne (9e).

    Ce qu’il propose dans la nouvelle version d’OKA est un vrai tour de force en six séquences dans le menu Odyssée (55 euros). Il puise son inspiration dans les produits rapportés de l’Amazonie à l’image de ce qu’a fait Alex Atala dans son restaurant D.O.M. à Sao Paulo, Brésil. Ainsi, la cuisine de Raphael Rego est plus aboutie, plus cohérente et plus limpide dans ses saveurs exotiques alliées à une extrême finesse en bouche à l’image de son plat phare : le Feijoada version OKA.

    On se sent bien dès que l'on franchit la porte chez OKA, accueillis par une équipe en salle souriante et agréable, ne manquant pas d'humour, qui nous installe dans un cadre feutré et confortable avec vue panoramique sur la cuisine où le chef et son équipe s'affairent calmement.

    La carte des vins est éclectique, cosmopolite et voyageuse à l’image du chef. Par ailleurs, le sommelier vous proposera un superbe accord mets-vins pour les six plats du menu Odyssée.

    Raphael Régo a l’ambition d’être le meilleur chef brésilien hors du Brésil. Pour nous il en a le talent. Notre dîner chez OKA était de toute beauté, mémorable à plus d'un titre : ambiance, atmosphère, accueil, service, cuisine. Une belle façon de célébrer nos "retrouvaille" avec le chef.

     

    OKA

    1, rue Berthollet

    75005 Paris

    Tél : 01 45 30 94 56

    okaparis.fr

     

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego

    OKA - Le Retour du Jedi Raphael Rego


    votre commentaire
  • A 21 ans, Julia Sedefdjian était la plus jeune cheffe à obtenir une étoile au Michelin lorsqu’elle officiait au restaurant Les fables de La Fontaine de Christian Constant. Deux ans plus tard, nous avons appris ce printemps qu'elle avait repris le restaurant de Sylvain Sendra, le légendaire Itinéraires, rebaptisé pour l'occasion Baieta (petit bisou en patois niçois).

    Notre première réaction fut de saluer le culot et le courage de cette jeune cheffe dont nous ne connaissions pas encore le talent - et talent il y a...

    Donc, avec beaucoup d’impatience et d’appréhension, nous avons réservé une table chez Baieta pour fêter un anniversaire. Pour notre dîner du 2 juin 2018, nous optons pour le menu Baieta en sept séquences à 85 euros. Un régal ! De la pissaladière niçoise version Baieta en amuse-bouche, en passant par le désormais fameux plat « signature » de Julia Sedefdjian la Bouillabaieta (inspiré de la bouillabaisse, ce plat de poissons typique de la Provence méridionale et plus spécifiquement marseillaise) pour terminer par la sublime tarte au citron et fenouil.

    Une cuisine de très haute volée pour une jeune cheffe extrêmement précoce. Elle fait partie de cette génération de jeunes chefs surdoués comme Jonathan Lor à l’Hommage.

    Le service est jeune, avenant, professionnel et... bilingue anglais.

    La carte des vins est impeccable avec des choix au verre judicieux.

    Baieta c’est un coup d’éclat pour la gastronomie parisienne en ce printemps orageux. Allez-y, vous ne serez pas déçus !

     

    Baieta

    5, rue de Pontoise

    75005 Paris

    Tél: 01 42 02 59 19

    restaurant-baieta-paris.frBaietaBaietaBaietaBaietaBaietaBaietaBaietaBaietaBaietaBaietaBaietaBaietaBaietaBaieta


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique