• Le comptoir du Pérou, situé dans le 15e arrondissement, est avec l'Uma l’un des rares représentants de la cuisine Nikkei à Paris. Il est toujours intéressant et rafraichissant de pouvoir goûter la cuisine péruvienne car il est à noter que ce pays possède l’une des plus grandes biodiversités au monde.

    Nous nous sommes intéressés au Comptoir du Pérou d'une part pour leur large choix de ceviches, proposés à chaque repas, et d'autre part pour leur menu déjeuner du jour à 14,50 euros pour une entrée et un ceviche ou 20 euros pour entrée, ceviche et un dessert.

    A ce prix nous avons opté pour la totale. Au menu ce jour-là un velouté potimarron et carotte en entrée, suivi d'un ceviche fresa salvaje. Le dessert du jour était la crème brulée à la morada (maïs violet). L'un des convives a opté pour une pannacotta mangue (à la carte).

    Le velouté était onctueux et gouteux, le ceviche aux fraises, citron vert très bon aussi avec une sauce aji limo relevant parfaitement le plat. Bémol sur les desserts par contre qui n’étaient pas au niveau et manquaient de fraicheur (la pannacotta avait tout l'air d'avoir été préparée la veille...).

    Côté liquides, la carte est sympathique avec des vins argentins et chiliens plus quelques superbes cocktails au Pisco Sour tel notre cocktail Pisco Mango, un délice.

    Le service par Carlos était exotique et sympathique, accent péruvien en prime.

    Hormis la déception des desserts, le Comptoir du Pérou est un endroit sympa pour sortir de sa cantine ordinaire et autres malbouffes habituelles.

     

    Le Comptoir du Pérou

    41 Rue de la Croix Nivert

    75015 Paris

    Tél : 01 45 66 50 08

    www.comptoirduperou.fr

    Le Comptoir du Pérou

    Le Comptoir du Pérou

    Le Comptoir du Pérou

    Le Comptoir du Pérou

     
     

     

     


    1 commentaire
  • Quand nos amis lyonnais nous annoncent leur arrivée pour passer le week-end dans la capitale et nous demandent de réserver une table pour déjeuner ensemble le dimanche, le défi était de taille : en effet, les bons restaurants ouverts le dimanche à Paris ne sont pas si nombreux. Depuis un certain temps, il y a néanmoins quelques endroits pour déjeuner ou bruncher correctement ce jour-là, en dehors des quartiers asiatiques.

    Comme nos amis lyonnais sont férus de cuisine japonaise, nous essayons de trouver un authentique et bon  japonais. Nous tombons sur une adresse médiatisée par la presse parisienne, Ao Izakaya, situé entre le square Edouard VII et l'Olympia.

    D’habitude, nous nous méfions des restaurants ouverts sept jours sur sept et sommes plutôt étonnés qu’un « authentique » restaurant japonais soit ouvert un dimanche.

    Chez Ao Izakaya, le cadre est élégant - murs bleus, mobilier en bois clair - et décoré avec des belles bouteilles de sakés.

    Côté cuisine, Yasuo Nanaumi propose un menu dégustation à sept plats pour 69 euros ou des choix à la carte. Nous optons pour les choix à la carte bien qu'ils soient assez chers (les entrées sont entre 12 et 22 euros et les plats entre 22 et 32 euros). Il est clairement beaucoup plus avantageux de prendre le menu  dégustation.

    Les plats à la carte en ce dimanche sont corrects dans l'ensemble mais sans plus, ce qui nous donne le sentiment d’être dans un mauvais restaurant japonais... géré par des chinois. Peut-être, vaut-il mieux venir dîner un soir quand le chef Yasuo Nanaumi est présent pour vraiment découvrir sa cuisine.

    La carte des vins, quant à elle, est superbe avec d’excellentes bouteilles de saké tel le saké pétillant Mio.

    Le service est assuré par de jeunes et joli(e)s serveur(se)s.

    En synthèse, il apparaît que Ao Izakaya n’est pas l’endroit idéal pour un déjeuner dominical en famille ou entre amis, surtout au vu des prix pratiqués.

     

    Ao Izakaya

    12, rue Caumartin

    75002 Paris

    Tél : 01 42 65 31 53

    aoizakaya.comAo IzakayaAo IzakayaAo IzakayaAo IzakayaAo IzakayaAo IzakayaAo Izakaya

     


    votre commentaire
  • Kei

    Kei c’est le restaurant du chef Kei Kobayashi, reconnaissable par sa chevelure blond platine à la Takashi Kitano.

    Malgré son air de samouraï juvénile, Kei Kobayashi est devenu un chef émérite de la cuisine française. Oui, oui, française.

    Nous étions venus pour la première fois peu après son ouverture fin 2011. Déjà, il faisait preuve de maturité dans sa cuisine.  Presque huit ans plus tard, c’est un chef couronné par deux étoiles au guide Michelin et c’est pour cette raison que nous avons choisi de revenir chez Kei pour voir si les deux étoiles sont bien méritées.

    Pour notre dîner du 1er mars 2019, nous sélectionnons le menu "Découverte" à 110  euros.

    La cuisine est aussi nette et précise que le mouvement de sabre d’un maitre samouraï, les produits sont mis en valeur et les cuissons millimétrées.

    Des amuse-bouches aux desserts, chaque plat est présenté comme un tableau zen, coloré, harmonieux et surtout plein de saveurs et de délices.

    Kei Kobayashi pratique une cuisine dépouillée, minimaliste et bien définie. Une cuisine extrêmement cohérente et délicate.

    En ce qui concerne la carte des vins, nous décidons pour une fois de faire confiance au sommelier du restaurant en lui demandant de nous proposer trois vins aux verres. Le premier est une coupe de Champagne blanc de blanc de la maison De Sousa, en deuxième, un Chassagne-Montrachet 2015 et le troisième, un rouge de Savigny lès Beaune 2011. Les vins proposés sont certes excellents mais à des prix hors normes : 22 euros la coupe de Champagne, 35 euros le verre de Chassagne-Montrachet et 25 euros le verre de Savigny lès Beaune. Il y a de quoi nous donner envie d’enfiler notre gilet jaune.

    Le service est impeccable comme il se doit, à la fois professionnel et avenant, efficace. On voit que l’équipe en salle est bien rodée et à l’aise avec les convives.

    Kei Kobayashi est une fine lame. En huit ans il a su se hisser au firmament de la cuisine française en devenant l'un des trois seuls chefs japonais arborant deux étoiles au guide Michelin en France.

     

    Kei

    5 Rue Coq Héron

    75001 Paris

    Té : 01 42 33 14 74

    www.restaurant-kei.fr

     


    1 commentaire
  • Naoto Masumoto c’est le chef d’orchestre du restaurant le Concert de Cuisine où, depuis dix ans, il fait le bonheur des gourmets parisiens. La cuisine de Naoto Masumoto est simple mais bien élaborée et finement définie. Son menu déjeuner en est l'illustration parfaite : il propose un choix de trois entrées, trois plats et trois desserts (35 euros pour trois plats et 29 euros pour deux plats). A ce tarif là, c’est un très bon rapport qualité prix.
     

    Pour notre déjeuner du 26 février 2019, nous prenons en entrée le risotto au potiron et tempura de crevette et St-Jacques grillées, une merveille pour les yeux et encore plus pour le palais. Arrivent ensuite les gambas flambées, persillade aux légumes de saisons, croquants à souhait dont nous n'avons fait qu'une bouchée. Quant au dessert wasabi, poire, ananas, meringue, gelée de yuzu et glace, c’est tout simplement grandiose. Notre meilleur dessert de début de l’année 2019.

    Nous nous rappelons encore que notre premier dîner au Concert de Cuisine, il y a dix ans, nous avait laissé sur notre faim, la cuisine manquait de finesse et de subtilité. Dix ans après, il est clair que Naoto Masumoto a retravaillé sa partition pour un concert sans fausse note, et dans le bon rythme.

    Comme chez tous les chefs japonais, la carte des vins met à l'honneur la région de Bourgogne.

    Le service, au féminin, est efficace et au tempo.

    Nous reviendrons pour découvrir d’autres compositions et d’autres saveurs de Naoto Masumoto.

    Le Concert de Cuisine

    14, rue Nélaton

    75015 Paris

    Tél : 01 40 58 10 15

     

    Le Concert de Cuisine

    Le Concert de Cuisine

     

    Le Concert de Cuisine

    Le Concert de Cuisine

    Le Concert de Cuisine

    Le Concert de Cuisine

    Le Concert de Cuisine

    Le Concert de Cuisine


    1 commentaire
  • Raw Saint Germain est le nouvel opus de William Pradeleix que nous avions découvert dans son précédent restaurant Will (Paris 12e). Le restaurant est situé à deux pas du jardin du Luxembourg au 44 rue de Fleurus. Le décor respire la simplicité à la japonaise, bois clairs et murs carrelés. Ici, William Pradeleix met en œuvre sa passion pour la cuisine japonaise et son parcours cosmopolite.

    Nous sommes venus un dimanche pour le brunch dominical, un jeune chef anglophone officie dans une cuisine ouverte tandis que le maître d’hôtel sert les convives comme à la maison.

    Le menu du brunch est à 35 euros pour les adultes et 25 euros pour les enfants.

    Comme chez Will, la cuisine de William Pradeleix est précise et nette mettant en valeur le produit et les saveurs. Il maîtrise parfaitement les dressages, les condiments et les textures en juxtaposant les ingrédients dans l’assiette à l'image de sa tartine de tataki de saumon/avocats wasabi/daikon pickles/chou chinois ou encore son tartare de daurade/vinaigrette soja gingembre/édamame/radis rouge.

    Petite déception sur les boissons chaudes qui sont quelconques : le chocolat chaud (en poudre) manque de chocolat comme le fait très justement remarquer Littleboboon Jr (8 ans) et le café Americano est, comme son nom l’indique, américain (buvable), le thé est en sachet Kusmi. A l'inverse, les jus de fruits, le classique orange ou le carotte-citron-gingembre sont frais, faits maison et bons.

    Le service par notre hôte du jour est avenant, souriant et sympathique - bien qu'un peu débordé par l'arrivée soudaine après nous d'un journaliste radio-télé accompagnée d'une amie, qu'il s'empresse de servir avant nous. A la fin du repas (pour se faire pardonner ?), il propose de nous faire goûter "sans supplément" un super verre de saké d’Hiroshima.

    RAW Saint Germain est une adresse sympa pour un déjeuner léger et bon ou pour un brunch en famille le dimanche.

     

    Raw Saint-Germain

    44, rue de Fleurus

    75006 Paris

    Tél : 01 73 73 20 49

     

    Raw Saint-Germain

    Raw Saint-Germain

    Raw Saint-Germain

    Raw Saint-Germain

    Raw Saint-Germain

    Raw Saint-Germain

    Raw Saint-Germain

    Raw Saint-Germain

    Raw Saint-Germain

    Raw Saint-Germain

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique