• Mâche c’est notre nouvelle adresse coup cœur dans cette chaleur estivale, un restaurant dans l’air du temps avec, aux fourneaux, un jeune prodige de 26 ans nommé Michaël Gamet. 

    Mâche se situe au 61 rue de Chabrol dans le 10e arrondissement de Paris, quartier bobo par excellence. C’est dans ce très joli cadre en bois naturel et aux murs colorés et design (style Buren) qu’officient le chef et son compère Mathias Fouré, directeur de salle et sommelier. 

    Michaël Gamet propose une cuisine métissée qui nous transporte en Asie où en Amérique Latine. 

    Le concept du menu dégustation (en cinq plats) apporte une touche ludique puisqu’on ne nous présente pas les plats, à nous de deviner les ingrédients et les saveurs. Nous avons beaucoup apprécié ce concept sympathique qui permet une interaction moins superficielle avec l’équipe qui sert en salle. 

    On commence par une série de trois amuse-bouche extrêmement délicats et savoureux. Chaque assiette est une merveille pour les yeux et pour les papilles, tel le cromesquis à la chair de crabe, galanga et combawa (un délice), ou encore la lotte rôtie, petits pois et hibiscus (une merveille). Les plats sont exécutés avec une précision technique sans faille, à l’image du dessert « l’éphémère » au lait de kéfir et tonka, banane toastée, prunes préservées au piment d’Espelette, meringue noire. 

    La carte des vins, conçue et présentée par le dynamique Mathias Fouré, est à la fois éclectique, voyageuse et pertinente pour accompagner les plats concoctés par Michaël Gamet. 

    Le service est jeune, sympathique, enthousiaste. 

    Mâche a du mordant avec une cuisine joueuse et pétillante, et ce jeune chef possède beaucoup de talent et il peut viser les étoiles.

     

    Mâche

    61, rue de Chabrol

    75010 Paris

    Téléphone : 09 83 40 60 04

    www.mache.restaurant.com

     

    Mâche

    Mâche

    Mâche

    Mâche

    Mâche

    Mâche

    Mâche

    Mâche

    Mâche

    Mâche

    Mâche


    votre commentaire
  • Le restaurant Perception niché au cœur du 9e arrondissement parisien, au 53, rue Blanche est l’un de nos coups de cœur de l’année 2022. 

    Perception a toutes les qualités que nous apprécions : tout d’abord la décoration moderne mais pas trop avec ses murs en pierres brutes d’un côté et couleur bleu pétrole de l’autre, mais aussi sa cuisine vitrée comme un grand écran et surtout son chef Sukwon Yong, d’origine coréenne ayant fait toute sa formation et ses classes en France, qui propose une cuisine délicate et métissée aux légers accents coréens. 

    Pour notre dîner entre amis du vendredi 10 juin 2022, nous choisissons le menu de dégustation en six temps. Des amuse-bouche aux mignardises, chaque plat est une composition extrêmement bien réalisée, techniquement maîtrisée et surtout pleine de goûts et de saveurs maniant subtilement l’art du sucré-salé. On retient particulièrement l’entrée, un carpaccio de dorade marinée au sel, servi avec combawa (condiment agrume) et gelée d’omija, une baie coréenne très riche en umami (cinquième saveur au Japon après l'amer, le sucré, le salé et l'acide). 

    La carte des vins offre une belle sélection au verre et des références classiques comme Croze Hermitage, Menetou Salon, Cour Cheverny, Châteauneuf du Pape, etc. 

    Le service par Barnabé Lahaye et son équipe est impeccable, efficace et bilingue anglais pour notre amie singapourienne en visite. L’effort mérite d’être souligné car ce n’est pas si fréquent dans les restaurants français (excepté dans les restaurants de palace

     

    Perception

    53, rue Blanche

    75009 Paris

    Téléphone: 01 40 35 78 32

    www.restaurant-perception.com

     

    Perception

    Perception

    Perception

    Perception

    Perception

     

    Perception

    Perception

    Perception

     

     

    Perception

    Perception

    Perception

    Perception

    Perception

    Perception

    Perception


    votre commentaire
  • Jeanne-Aimée, la nouvelle table de Sylvain Parisot située au 3 rue Bourdaloue dans le 9ème arrondissement de Paris, est déjà une table très en vogue depuis son ouverture et on comprend rapidement pourquoi en allant la découvrir. 

    La façade du restaurant n’affiche pas de nom pour l’instant malgré la dimension du lieu, dont on se rend compte dès l’entrée : on dirait l’annexe de l’église Notre Dame de Lorette qui se trouve juste en face ! 

    A gauche de l’entrée, un escalier mène au sous-sol, une future salle de concert où l’on pourra terminer la soirée avec un bon digestif après un excellent repas. Ensuite, on se dirige vers la salle à manger en passant entre le magnifique bar en béton brut et l’armoire à vins où quelques pépites sont stockées. Enfin, au fond à droite, on découvre la cuisine ouverte où officient le chef et son équipe. 

    Le menu du soir est à la carte. Dommage, nous aurions préféré une formule dégustation pour mieux découvrir la cuisine créative du chef. Pour une entrée, un plat un dessert, il faut compter 70 euros. Sylvain Parisot propose une cuisine du marché de haute volée avec des produits bien choisis et des ingrédients soigneusement sélectionnés, à la cuisson parfaitement maîtrisée. 

    La carte des vins est à la fois étonnante et excellente comme notre coup de cœur, l’Umami, un vin pétillant naturel du Languedoc. 

    Le service est à la fois sympathique, souriant et relax. 

    Jeanne-Aimée a tout pour être le succès de l’été et au-delà : le cadre, la cuisine et le quartier contribueront grandement à la réussite du restaurant. C’est tout ce qu’on lui souhaite en tous cas !

     

    Jeanne-Aimée

    3 rue Bourdaloue

    75009 Paris

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée

    Jeanne-Aimée


    votre commentaire
  • Vesper, le troisième restaurant de Guillaume Bénard associé au chef Lucas Felzine, ex Uma est le nouveau venu dans le quartier chic du septième arrondissement. 

    Vesper n’est pas pour les bourses serrées, ni pour les gilets jaunes. Au contraire, il est clairement conçu pour les hauts revenus du 7e arrondissement. En effet, il vous faudra débourser 300 euros au déjeuner pour un verre de vin, un cocktail sans alcool, un jus de mangue, une bouteille de Chateldon, deux entrées à partager, 18 pièces de sushi et trois plats avec accompagnement. 

    Nous avions connu un Lucas Felzine plus accessible financièrement dans son ancien restaurant Uma. 

    Niveau cuisine, sa passion pour la cuisine Nikkei n’a rien perdu de sa flamme, elle est toujours aussi bonne et savoureuse comme l’illustre son Gyoza au canard laqué (un délice) ou encore ses Empanadas au boeuf Wagyu. 

    La carte des cocktails a l’air superbe. Pour notre part, nous avons gouté « LaPaz » un cocktail sans alcool à base de jus de concombre, eau de Seltzer et eau de rose. Rafraîchissant et parfaitement (peu) dosé en sucre. 

    Pour ce qui est du rythme et du service, il reste encore pas mal de place pour l’amélioration. Un samedi midi, il y avait certes pas mal de monde en terrasse et dans la première salle (les salles du fond étant fermées ce jour-là) mais le service était d’une lenteur… Près d’une heure d’attente entre les entrées et les plats, c’est vraiment très long, surtout pour un petit gourmet de 11 ans qui n’en pouvait plus de voir passer ses assortiments de nigiri qui semblaient toujours être pour une autre table (y compris certaines arrivées après nous). Il est également dommage que lorsque nous avons posé gentiment la question à la serveuse, celle-ci a eu une réaction peu aimable. 

    Vesper sera pour nous une expérience unique. Dans tous les sens du terme car nous n’y reviendrons pas. Les prix assortis au quartier et le service pas au niveau nous ont déçus. Tant pis.

     

    Vesper

    81, rue avenue Bosquet

    75007 Paris

    Tél : 01 45 33 81 25

    www.vesperparis.com

     

    Vesper

    Vesper

    Vesper

    Vesper

    Vesper

    Vesper

    Vesper

    Vesper


    votre commentaire
  • Licandro, le bistro du chef Filipe Licandro, est un excellent bistronomique en plein centre-ville d’Aix en Provence, à deux pas du cours Mirabeau et de la place de la Rotonde. Le restaurant, au décor contemporain, se décline sur deux niveaux avec une première salle sur rue et une seconde au sous-sol, dans une cave voutée. L’accueil y est sympathique et chaleureux. 

    Filipe Licandro propose une cuisine du marché parfaitement exécutée et goûteuse, à l’image de son panier de panisse en amuse-bouche. Cuites à la perfection, ces panisses sont à la fois légères et croustillantes. 

    Le menu déjeuner est d’un rapport qualité/prix imbattable à 27 euros pour entrée, plat, dessert ou 22 euros pour entrée - plat ou plat - dessert. 

    L’œuf bio parfait en entrée, le filet de cannette en plat et la brioche de Licandro en dessert sont excellents. La cuisson, les saveurs et la présentation de chaque plat sont exécutées avec beaucoup de maîtrise. 

    La carte des vins est courte mais bien référencée, comme l’illustre notre bouteille Triennes Saint Auguste 2018. 

    Le service par madame Licandro est chaleureux, souriant et efficace. 

    Licandro Bistro vaut vraiment le détour pour sa cuisine conviviale, chaleureuse et bonne.

     

    Licandro Le Bistro

    18 RUE DE LA COURONNE

    13100 AIX EN PROVENCE

    Téléphone : 06 27 20 03 99

    www.licandrolebistro.com

     

    Licandro

    Licandro

    Licandro

    Licandro

    Licandro

    Licandro

    Licandro


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique