• Pour des retrouvailles avec un couple d’amis que nous n’avions pas vu depuis près de trois ans, avec la contrainte pratique du quartier de Montparnasse, nous nous sommes dit "et si nous retournions chez Toyo ?". Toyo, le restaurant du chef Toyomitsu Nakayama, nous avait beaucoup déçu lors de notre dernière visite début 2010, et ce à plus d'un titre : service très lent, cuisine manquant de saveur, salle mal aérée et carte des vins assez chère.

    Neuf ans plus tard, nous revoilà pour ce déjeuner entre amis, et comme si rien n'avait changé nous retrouvons notre table de prédilection dans la petite salle du fond. Au déjeuner du mardi au samedi le repas est à 39 euros (entrée-plat-dessert) ou 49 euros (2 entrées-plat-dessert).

    La cuisine de Toyomitsu Nakayama  a muri, on sent une plus grande maîtrise dans la création des plats.  Le repas débute par un amuse-bouche visuellement très réussi avec différents légumes et fruits. Suit l'entrée de thon rouge au fromage blanc, frais et équilibré, parfait pour un jour de grande chaleur. En plat un merlan à la plancha et aux champignons, cuisson parfaite mais le tout est un peu fade et manque de saveurs, pourrait être un peu plus relevé. Enfin le dessert, un espuma de banane sur une glace au caramel et poudre de café, aérien et délicieux.

    La carte des vins est certes très belle mais pas très accessible : la bouteille la moins chère étant à 46 euros. Néanmoins, nous avons fait une belle découverte avec un vin italien de la région Emilie-Romagne, une bouteille de bianco antico de podere Pradorolo 2016.

    Le service s'est aussi amélioré, plus avenant, plus relax et moins lent.

    Toyo a pris de la bouteille, l’endroit est plus serein et la cuisine possède plus de maîtrise technique et est beaucoup plus épanouie qu’il y a dix ans.

     

    Toyo

    17 Rue Jules Chaplain

    75006 Paris

    Tél : 01 43 54 28 03

    www.restaurant-toyo.com

    ToyoToyoToyoToyoToyoToyoToyoToyoToyoToyo


    votre commentaire
  • Solstice est le nouveau restaurant parisien d’Eric Trochon, de retour à Paris après ses aventures gastronomiques au pays du soleil levant et au pays du matin calme.

    Solstice coche toutes les bonnes cases pour nous : un cadre moderne, lumineux et sobre ; un mobilier magnifique : tables nappées de blanc et comptoir en noyer. Tout est pensé pour mettre les convives à l’aise. Le restaurant est ouvert depuis fin mai et nous avons la chance de le voir naître de notre quartier. Le mercredi 19 juin 2019, nous avons franchi le pas (de la porte) pour découvrir - ou plutôt re-découvrir - la cuisine d’Eric Trochon que nous avions connu au Semilla il y a quelques années.

    Solstice a une formule déjeuner à 35 euros pour une mise en bouche plus deux plats ou 45 euros pour mise en bouche plus trois plats. Le chef donne le choix entre deux entrées, deux plats et deux desserts. Nous optons pour la formule à 45 euros.

    La mise en bouche (radis blancs au beurre et sablés au parmesan) est une belle entrée en matière et donne le ton. En entrée, les concombres Bataglione, gel de sureau et sorbet d’oseille, ont des saveurs délicates et délicieuses ; Pour suivre, le lieu jaune de ligne nacré, mousserons et jus crémé à la reine des près est parfaitement cuit et présenté ; le filet de bœuf maturé, purée d’échalotes confites et jus de bœuf était d’une tendreté extrême, fondant au palais. Pour terminer, mention spéciale au dessert, tout simplement démoniaque : glace au miel, physalis du domaine des Vernins confites, gel de saké vintage et grains de pollen.

    La cuisine d’Eric Trochon est d’une grande maitrise technique, une cuisine claire, limpide, goûteuse - très bonne, tout simplement.

    La carte des vins quant à elle est éclectique et possède quelques bouteilles originales comme les bulles de rosé coréen et quelques vins aux verres très intéressants, tel le Crozes Hermitage blanc 2017 ou le Sancerre rouge 2016.

    Le service par Madame Min Jin-Ryu  et par Eric Trochon est à l’image des propriétaires : sobre,  professionnel, tout en douceur.

    Solstice c’est notre grand coup de cœur de la saison. Nous sommes ravis d'avoir dans notre quartier un restaurant de cette qualité.

     

     Solstice

    45, rue Claude Bernard

    75005 Paris

    Tél : 06 52 31 83 84

    Solstice

    Solstice

    Solstice

    Solstice

    Solstice

    Solstice

    Solstice

    Solstice

    Solstice

    Solstice

    Solstice


    votre commentaire
  • Pour dîner chez Yoshinori il faut être zen et s’armer de patience car c’est une longue épreuve pour les nerfs...

    Le restaurant est situé dans le quartier d'Odéon, 6ème arrondissement chic et commerçant. Malgré un espace étriqué sur deux niveaux, l’endroit est éclairé par des murs de pierres blanchis et du mobilier en bois clair et bleu.

    Yoshi Morie est installé "chez lui", dans son propre restaurant, depuis 2017 et il lui a fallu deux ans à peine pour obtenir une première étoile au guide Michelin. Toute la question pour nous était de savoir si sa cuisine méritait cette distinction.

    Certains gastronomes et critiques sont ressortis avec un sentiment mitigé de leur expérience gastronomique chez Yoshinori, et nous faisons hélas partie de ceux là après notre repas du vendredi 31 mai 2019.

    La cuisine de Yoshi Morie est certes belle et bonne, les plats sont élaborés avec minutie et d’une grande maîtrise technique. Les produits sont impeccables et la composition des ingrédients se présente dans les assiettes comme un tableau, pour épater et émerveiller nos yeux et nos papilles. Hélas, nous sommes malgré tout restés sur notre faim car il manque, à notre goût, dans la cuisine de Yoshi Morie un je-ne-sais-quoi déclencheur qui ne nous a pas permis de nous enthousiasmer.

    Plus encore, le défaut majeur que nous avons pu constater lors de notre visite chez Yoshinori c’est le temps d'attente entre chaque plat : 20 minutes pour l'amuse-bouche et 45 minutes (!) pour le premier plat. Soit, en tout, plus de trois heures et demie pour le menu en sept plats. La table voisine de la nôtre a fini par s'irriter légèrement et le faire remarquer au maître d'hôtel. Il est vrai que cette lenteur a gâché notre expérience.

    La carte des vins est classique sans être exceptionnelle avec une belle sélection de vins et de sakés au verre. Le service par le sommelier Olivier Marchand est avenant, professionnel et instructif, mais surtout il subit la lenteur de la cuisine et fait de son mieux pour satisfaire les convives du soir.

    Il est dommage que la préparation ne soit pas à la hauteur de la cuisine de Yoshi Morie et presque étonnant que le Michelin ait décerné l'étoile quand même. Peut-être le chef devrait-il revoir l’organisation de sa cuisine, le rythme du service et étoffer sa brigade s’il veut conserver son étoile.

    Yoshinori

    18 Rue Grégoire de Tours

    75006 Paris

    Téléphone : 09 84 19 76 05

    yoshinori-paris.com

     

    YoshinoriYoshinoriYoshinoriYoshinoriYoshinori

     YoshinoriYoshinoriYoshinoriYoshinoriYoshinoriYoshinori

    YoshinoriYoshinoriYoshinoriYoshinoriYoshinori


    votre commentaire
  • Le Bar des Prés de Cyril Lignac est situé dans la rue du Dragon, le quartier chic et artsy du sixième arrondissement de Paris. Nous avons voulu voir de près ce comptoir japonais du chef hyper médiatisé pour savoir vraiment ce qu’il a dans le ventre.

    Le cadre avec un grand comptoir surélevé en marbre en forme de « U » allongé d’un côté et six rangées de tables avec banquettes pour quatre (à l'aise) ou six convives (plus serrées) de l'autre.

    La cuisine est clairement d'inspiration asiatique fortement japonisante, préparée par une brigade franco-japonaise extrêmement concentrée sur leurs tâches telle la jeune cuisinière consciencieuse qui nous faisait face.

    La carte, elle, est classée en six catégories « A Partager », « Sashimi -5  pièces », « Sushis à la pièce », « California – 8 pièces », Maki – 6 pièces » et « Desserts ».

    Pour notre déjeuner, nous avons commandé deux plats à partager, huit pièces de thon mi-cuit avocat, sauce Yuzu et piment coréen, deux riz blancs et deux desserts aux perles de coco et fraises des bois d’Andalousie.

    Notre verdict : les produits sont impeccables, la préparation millimétrée et les plats excellents. 

    La carte des cocktails avait l’air très alléchante mais hélas, faute de barman le midi, nous n'avons pas pu les goûter. Nous nous sommes contentés d’un verre de saké Junmai Daijingo.

    Le service semblait légèrement débordé (désorganisé ?) et préférait se concentrer sur les VIP du jour (deux stars cathodiques qui étaient présents lors de notre déjeuner). Heureusement, nous étions au comptoir en face d’une jeune cuisinière impliquée, organisée, qui elle se démenait pour que nous puissions obtenir dans un délai raisonnable ce que nous avions commandé.

    Le Bar des Près est une belle et bonne adresse mais chère, qui doit améliorer son service pour qu'il soit au diapason de l'assiette.

    Le Bar des Près
     25 Rue du Dragon
    75006 Paris
     
    Téléphone : 01 43 25 87 67
     
    www.lebardespres.com
    Le Bar des Près - Cyril LignacLe Bar des Près - Cyril LignacLe Bar des Près - Cyril LignacLe Bar des Près - Cyril LignacLe Bar des Près - Cyril LignacLe Bar des Près - Cyril LignacLe Bar des Près - Cyril LignacLe Bar des Près - Cyril Lignac
     

    votre commentaire
  • En 2018, le restaurant Le Mavrommatis du chef Andreas Mavrommatis a obtenu une étoile Michelin, méritée.

    Nous avions connu le restaurant lors de sa création en 1993 et depuis le chef a tracé sa route jusqu’à l’étoile. Andreas Mavrommatis a créé un petit empire de la cuisine grecque et chypriote sur Paris. En effet, il y a le restaurant gastronomique éponyme, le bistrot Mavrommatis, les Délices d’Aphrodite, le traiteur et finalement la cave Mavrommatis.

    Nous avons dîné au restaurant gastronomique le samedi 18 mai 2019. Dans notre souvenir la cuisine d’Andreas M. était bonne, mais au Mavrommatis, nous l'avons trouvée plus élaborée, plus raffinée, techniquement plus maîtrisée, tout simplement délicieuse.

    Le menu « Découverte » en cinq plats pour 85 euros nous a permis de découvrir différentes saveurs de cette cuisine méditerranéenne, la façon de cuisiner les légumes, les fruits de mers, les poissons et les viandes.

    Les asperges blanches de la ferme L’Angevine étaient succulentes, le thon rouge grillé aux épices Zaatar, une merveille, l’agneau de lait de Lozère parfaitement confit et sublimé par les condiments aux olives de Volos et finalement la pomme tatin caramélisée aux épices servis avec une glace aux noix, un délice.

    La carte des vins est superbe qui fait la part belle aux vins grecques et chypriotes bien évidemment. Pour notre part nous avons goûté un magnifique vin blanc de Santorin 2017 du domaine Hatzidakis et un excellent rouge Nebbiolo d’Alba 2013.

    Le service fut impeccable, de l'accueil du maitre d’hôtel aux conseils avisés du sommelier - comme il se doit dans de grandes maisons comme Le Mavrommatis,

    Le Mavrommatis compte tout simplement parmi nos meilleures expériences gastronomiques de cette année 2019.

     

    Le Mavrommatis

     

    42 rue Daubenton

    75005 Paris

    Téléphone : 01 43 31 17 17

    www.mavrommatis.com/le-mavrommatis
     
     

    Le Mavrommatis

    Le Mavrommatis

    Le Mavrommatis

    Le Mavrommatis

    Le Mavrommatis

    Le Mavrommatis

     

    Le Mavrommatis

    Le Mavrommatis

    Le Mavrommatis

    Le Mavrommatis

    Le Mavrommatis

    Le Mavrommatis


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique